6boolo

L’interdit du toucher, une mutilation psycho-affective

Confinés, parfois isolés, toujours tenus à distance… Ni poignées de main, ni accolades, ni bisous. Depuis plusieurs semaines, l’absence de contact physique avec nos proches, nos voisins, nos amis provoque en chacun de nous une souffrance indicible. Et si le toucher était vital pour notre moral ?

« Saluer sans se serrer la main,
arrêter les embrassades... ». Voix grave et ton
dramatique, le message tourne en boucle sur toutes les ondes depuis bientôt
trois semaines. C’est le triste tube de ce printemps 2020, déjà classé numéro 1
au hit-parade de la guigne. Ne plus se serrer la pogne, boycotter le claquement
de bise, bannir les accolades : c’est le régime sec côté câlins. État d’urgence
sanitaire oblige, nous sommes priés de ne plus nous toucher les un·e·s les
autres. Sous aucun prétexte. Cette intrusion des autorités sanitaires dans
notre vie affective n’est pas du goût de tout le monde.

« Et la tendresse ? Bordel ! », s’indigne ainsi Neïla, 37 ans, jeune mère célibataire confinée près de Give...

Cet article est réservé à nos abonnés

Découvrez nos offres :



Free Trial

Free Trial

Free Trial

Free Trial

Free Trial

Projects

SSL

Storage

Abonnement au mois 

1 €

LE PREMIER MOIS

puis 3,99 € au lieu de 5,95 €

 Tout le site en illimité 

Zéro publicité pendant votre lecture

Des contenus inédits à forte valeur ajoutée

Un décryptage unique de l'actualité par les neurosciences 

Nos fameuses Gyms du cerveau validées par la recherche neuroscientifique

4 newsletters par mois

Consultation des archives

+ Un guide PDF de notre collection neuropratique (à paraître)

Abonnement à l'année

44 €

PAR AN

au lieu de 71,40 €


L'ensemble des prestations citées 

Si vous êtes déjà abonné à 6boolo, il vous suffit de vous identifier ci-dessous pour avoir accès à ce contenu :