6boolo

Déstressez en un clin d’oeil!

Le saviez-vous ? Il suffit souvent de quelques mouvements d’yeux pour retrouver rapidement calme et sérénité.

Vous venez de voir des images anxiogènes à la télé, ou remarquez une anomalie sur vos relevés bancaires, et soudain, votre corps réagit : votre fréquence cardiaque augmente, votre respiration s’accélère. Vous ne vous en apercevez pas forcément mais ce sont vos yeux qui s’affolent le plus : vos pupilles se dilatent, votre cristallin change de position. Votre vue se met alors en “mode portrait” comme sur un smartphone : votre champ de vision se rétrécit et vous ne voyez plus le monde qu’à travers une paille. Le reste autour devient flou. Vos yeux se tournent même légèrement vers votre nez, ce qui vous permet de faire le point.

“Il s’agit d’un mécanisme primitif qui permet au stress de prendre le contrôle de votre champ visuel, explique le neuroscientifique Andrew Huberman professeur à l’Université de Stanford, dans une interview passionnante publié dans le magazine américain Mind. Cette vision focale excite le système nerveux sympathique. Tous vos neurones sont alors immédiatement activés et déclenchent un ensemble de neurotransmetteurs et de molécules qui vous font vous sentir nerveux et peuvent même vous donner envie de fuir ”

Un processus spontané que l’on peut pourtant tenter de désactiver. Comment ? En changeant la façon dont nous percevons notre environnement, sans tenir compte de ce qui s’y trouve. Voici trois conseils simples pour retrouver le calme rapidement, juste en travaillant notre façon de voir ce qui nous entoure.

Utilisez la vision panoramique

Si vous êtes stressé, essayez de vous placer à un endroit dégagé à partir duquel vous aurez une vue panoramique. Si vous êtes en ville, cherchez un lieu sans immeubles, dans un parc ou aux abords d’un fleuve. Quand vous regardez l’horizon ou un panorama, vous ne pouvez pas fixer votre regard sur un élément précis pendant très longtemps : votre champs de vision va alors s’élargir afin de pouvoir voir loin et de tous les côtés – au-dessus, en bas et sur les côtés. Ce mode de vision diminue votre stress car il relâche, dans le tronc cérébral, le mécanisme qui intervient dans la vigilance et l’éveil.

Pratiquez le flux optique

Lorsque nous nous déplaçons dans l’espace, que ce soit en marchant ou en courant, nous entrons dans ce que les neuroscientifiques nomment un flux optique. Les choses passent devant notre rétine à des vitesses variables, selon l’allure à laquelle nous circulons. Cela enclenche un ensemble de processus dans le cerveau et le corps qui calment les circuits d’activation du stress. Et nous ressentons même une forme de satisfaction. Le flux optique n’a pas besoin d’être rapide. Il peut être à faible vitesse. D’où l’importance de marcher chaque jour. Sans avoir le regard vissé sur son smartphone, car alors vous ne tirerez aucun bénéfice du flux optique !

A lire aussi : Pour éviter la déprime hivernale, pratiquez le scan corporel !

Essayez le “palming”


Nos yeux sont sans cesse sollicités, surtout lorsque nous passons beaucoup de temps sur les écrans. Offrez quelques minutes de pause à votre système nerveux grâce au “palming”, de palm, paume en français. Installez-vous confortablement sur une chaise et devant une table. Frottez vos mains énergiquement l’une contre l’autre afin de les réchauffer. Posez les coudes sur la table puis fléchissez légèrement le buste vers l’avant.  Couvrez vos yeux ouverts avec vos mains (comme si elles étaient des coquilles) sans appuyer sur les globes oculaires. L’appui se fait sur les coudes. Les doigts sont serrés les uns aux autres, de manière à ne pas laisser passer la lumière. Les paumes sont au niveau des yeux, tandis que les doigts sont superposés au niveau du front. Fermez les yeux et restez ainsi en respirant calmement et profondément, pendant 5 minutes, plusieurs fois par jour.

Judith Mercadet

Sources et références :
-Mind, janvier février 2021 : Secrets to Surviving Stressful Time, interview de Andrew Huberman, Jessica Wapner
-Les publications d’Andrew Huberman http://www.hubermanlab.com/publications.html

Ajouter un commentaire